Crédits

Back to productions

Produced by

InformAction

Produced with the financial help of

Canadian Television Fund created by the Government of Canada and the Canadian Cable Industry - CTF: Licence Fee Program - Telefilm Canada: Equity Investment Program

Québec Film and Television Tax Credit - Gestion SODEC

SODEC Société de développement des entreprises culturelles – Québec

Government of Canada The Canadian Film or Video Production Tax Credit

and the collaboration of

Radio-Canada

Télé-Québec

MAIN CHARACTERS

Back to productions

In French only

François Pilon : il est poseur de cordes à linge. Du matin au soir, il sillonne les ruelles de la ville et sème le bonheur en posant des cordes à linge.

Danny Raymond :
c’est un philosophe. Il parcourt les ruelles glauques de la ville en ramassant des seringues et en discourant sur la vie et les hommes.

Étienne Lapointe :
Enfant de Duplessis, il traverse les ruelles en chantant en latin comme le lui ont appris les religieuses de son enfance et en glanant des trésors dans les poubelles, vieux livres ou objets d’art, qui feront le bonheur de ceux qu’il aime.

Bruno Lajeunesse :
C’est un guide qui connaît l’histoire des 467 kilomètres de ruelles de Montréal par cœur et nous les présente à vélo. C’est un passionné de la face cachée de la ville.

Nicoletta Hazewinkel :
Mystérieuse, elle est un peu elle-même l’âme de ces ruelles où elle déambule en marchant sur les fils de corde à linge et en fredonnant des comptines. Existe-t-elle vraiment?

Francine, Alma, Marcel, Mario, le petit Philippe ou Jérémie : 
Les personnages touchants et savoureux que croisent nos personnages principaux. Jardinier, garagiste, peintre, rêveur, lutteur ou allumeur de lampions, leur univers inusité témoigne de la vraie vie, derrière la façade.

Les chats :
ils sont des milliers, les chats qui errent dans les ruelles de Montréal. Ils nous accompagnent tout au long du voyage, simples témoins ou grands acteurs d’un quotidien tendre et sauvage.


Press

Back to productions

Un très beau documentaire (...)comme un livre ouvert sur le vrai monde Julie Carpentier – Le Devoir

Pittoresque et charmant documentaire (...) Humain et touchant Manon Dumais – VOIR

Festivals

Gémeaux Awards Best Direction and Best Photography in a Documentary, Nominated for Best Social Documentary 2005

Statement of intent

Back to productions

In French Only

Quand j'étais petite, c'était déjà le théâtre de la vie quotidienne. Un théâtre dont les acteurs étaient tous québécois pure laine. Les enfants y jouaient. On s'y criait de balcon en balcon comme dans les romans de Tremblay.

Ça sentait bon l'asphalte chaud et les rires et les pleurs s'élevaient jusqu'aux cordes à linge colorées en une joyeuse cacophonie avant que du haut d'un balcon une maman n'appelle, comme dans la chanson de Beau Dommage : « Manon viens souper, si tu viens pas, ce souper-là, tu pourras t'en passer…! »

C'était le temps de l'insouciance, dans un lieu à la fois léger et grave, un lieu intime, prolongement de la maison et de la cour, un lieu vivant et odorant qui se grave à jamais dans la mémoire.

Plus tard, c'est là que j'allais réaliser mon premier film : Comptines. D'une ruelle à l'autre, d'un jeu à l'autre, ballon, bolo, corde à danser, les enfants y chantaient des chansons qui ponctuaient leurs gestes : « Michel mon chéri, donne-moi ton cœur, tes beaux yeux bleus sont amoureux… »

Par la suite j'ai longtemps évité les rues pour n'emprunter que les ruelles. Je traversais ainsi la ville, vaquant à mes occupations, à pied, en vélo, en voiture. C'était mon pays à moi, mon refuge, ma campagne, la vraie ville à dimension humaine avec une multitude de détails qui s'offraient aux yeux et faisaient sourire.

25 ans plus tard c'est l'humanité de la ruelle qui m'a bouleversée. J'y ai vu une métaphore de la vie. La ruelle a maintenant cent visages et offre un tour du globe en concentré.  La vraie vie s'y déploie dans toutes ses nuances sans masques et sans parade. C'est là que bat le cœur de la cité, libre et vulnérable. De mémoire de chats – Les ruelles, c'est un hommage aux petits moments du grand Ordinaire, un hommage aux simples vivants qui habitent ce sentier des humbles et la transforment en voie royale.

Manon Barbeau

Short summary

Back to productions

Montreal’s unique grid of alleyways is home to a hidden world of wanderers, workers, urban wildlife and countless cats. Alleycat Paradise is a touching, vibrant exploration of a city’s other life.

Long summary

Montreal's unique grid of alleyways is home to a hidden world of wanderers, workers, urban wildlife and countless cats. Alleycat Paradise is a touching, vibrant exploration of this backyard universe where people work, play, live life, grow old, through laughter, music, tears, loneliness, joie de vivre.

"The alley is a hidden world, a nameless, labyrinthine asphalt forest, a little kingdom of ordinary grandeur, a haven for children, lost souls and alleycats. Four hundred sixty-seven kilometers of urban pathways connect people of different cultures, weaving an unseen fabric of universal urban life. This is an invitation to discover the city's other spirit – wild, free and tender..." 


Manon Barbeau


With the generous participation of Soraya Benitez, Bruno Lajeunesse, Étienne Lapointe, Catherine Larivin, Mario Ouimet, François Pilon, Danny Raymond, Jeremiea Jezza White

and Rita Bédard, Mélanie Fontaine, Guillaume Fradette, Moris Lévesque, Antonio Louro, Barbara McKinley, Joachim Pedneault and his cats, Mrs. Karine and her neighbour
and the Special Collaboration of Nicoletta Hazewinkel, acrobat, Rodrigue Tremblay, accordionist.